L’éthique de la rencontre – Marine d’Article 1

BBL


Article 1 est une association qui vise à accompagner des jeunes issus de milieux populaires vers le développement professionnel par l’engagement et l’esprit entrepreneurial.

Marine, dans son quotidien, accompagne de nombreux jeunes dans leurs projets. Notre rencontre commence par remémorer ses premières expériences marquantes étant plus jeune, précisément celles au travers desquelles elle a découverte qu’elle aimait se construire au contact des autres (Segment 1 : La Rencontre de l’autre).

Dès lors, les questions qui nous animent sont celles de l’identité de soi et le respect de l’autre au travers de la rencontre. Comment rencontrer authentiquement, et ce même quand on se sert des autres comme moteur ? L’enjeu apparaît ici, pour toute personne avec ce trait de personnalité, de mettre des freins à cet élan d’ouverture en s’accordant des moments pour soi, mais également en sachant mettre les limites pour autrui parce qu’ils auraient la capacité à envahir un “chez soi”. (Segment 2 : L’art du caméléon)

Au travers de cette posture de la rencontre se pose également les questions relatives aux différents regards que l’on porte sur autrui. On ne s’autorise pas toujours à faire la rencontre, alors que nos déplacements et nos quotidiens sont pourtant riches d’opportunités. On présuppose l’autre, tout autant que nous l’extrapolons quand nous échangeons. L’empathie est définie alors non pas comme la lecture des pensées ou des présupposés vécus, mais plus comme l’articulation intelligente du commun construit, que ce soit au travers des conversations et du jeu (Segment 3 : Regards sur l’autre).

Cette éthique de la rencontre s’exemplifie tout particulièrement dans le cadre de la posture de l’entrepreneur. Avoir la capacité d’une empathie ampliative, celle qui tire toutes les conséquences de ce qui découle de la rencontre, c’est pour l’entrepreneur s’autoriser à être chamboulé par les personnes qu’il rencontre. Quand il s’ouvre pleinement à ce jeu, qu’il interagit avec les autres à l’aune de ses valeurs, alors ces dernières prennent corps et la critique de soi devient le chamboulement possible du soi grâce à l’autre (Segment 4 : Les valeurs dans la rencontre).

L’éthique de la rencontre, définie comme les raisons cohérentes de s’ouvrir à l’autre, implique ce double constat : certains font le choix de ne pas s’ouvrir car ne le souhaitent pas, n’y sont pas prêts, ou ne le jugent même pas souhaitable. Dès lors, il n’est pas toujours souhaitable d’exiger de l’autre de s’ouvrir à la confrontation. Et ce, même quand nous avons le désir de sortir d’un “small talk” dont nous dénonçons tous l’emprise sur les rencontres dans les milieux formels (Segment 5 : S’ouvrir ou pas à la confrontation).

Propos finaux : de la rencontre émerge des éclats qu’il nous appartient d’explorer une fois le temps de l’échange révolu. S’investiguer soi-même, émotionnellement. Aider l’autre à être disposé à s’investiguer. Mais plus encore, porter l’écho dans son entourage et parmi ses proches. Enfin, redécouvrir les autres à la suite des enquêtes de la rencontre, et ce grâce à de nouvelles postures, un soi émotionnel changé, des valeurs renouvelées. Ad vitam aeternam (Segment 6 : “La dernière idée marquante qui te soit survenue ?”).